NL  -  FR  -  EN  -  DE

Cercles Artistiques à Anvers du temps du mouvement flamand
 

MÉCÉNAT - Anvers
 

BIOGRAPHIE : FRANS FRANCK (nommé François Franck)

François Franck°17.05.1872 Anvers - †23.03.1932 Ostende
Frans 'François' Franck, (Joannes-Pieter-Franck), décorateur et fabricant de meubles, mécène, initiateur de De Kapel, l'un des parrains les plus importants de Kunst van Heden (Art Contemporain).
 
François Franck était le fils de Alexander Franck et Philomena de Vos.
Fils François Franck était marié à Anaïs (Anna)(?-1927) et ils avaient deux fils, Francis et Louis Junior.
Il avait deux frères aînés : Louis Franck (1868-1937) et Charles Franck (1870-1935)
 
(Frans 'François' Franck, ci-après dénommé 'François Franck'.)
 
François Franck était un libéral qui, dans la seconde moitié du 19ème siècle, gardait un magasin de papier peint dans la Kuipersstraat. Il agrandit l'atelier de peinture des parents pour en faire une entreprise à part entière, la première entreprise de décoration de la ville, qui employait 150 personnes à son apogée. Le jeune François Franck a étudié à l'Athénée d'Anvers. A l'Académie Royale, il se qualifie en dessin et décoration et fait preuve d'un certain talent. A Paris, il a ensuite été apprenti chez les décorateurs et les charpentiers. Là, il s'est familiarisé avec la théorie de W. Morris et J. Ruskin, entre autres.
 
Vers 1894, François Franck retourna à Anvers. Il s'installe dans l'Everdijstraat et, avec son frère Charles (1870-1935) et dans le sillage de son père, y crée une nouvelle entreprise. Le magasin de meubles et de décoration florissant des frères Franck était un nom familier à Anvers à la fin du 19ème siècle et dans la première moitié du 20ème siècle, le magasin de tapisserie par excellence pour la bourgeoisie plus riche. Les meubles conçus par Franck ont été produits en édition très limitée (deux ou trois pièces) et ont toujours eu un numéro d'usine. Franck était assisté en tant que designer par Frans Bruylants de Malines et, selon certaines sources, le sculpteur de Malines Ernest Wijnants travaillait également dans la Maison Franck.
 
François Franck and his family 1918 AntwerpLa réputation de la Maison Franck peut être attribuée principalement à l'esprit créatif de François, à la finesse et au talent. De plus, il avait un grand pouvoir de persuasion. En tant qu'homme d'affaires maniable, il a pu à plusieurs reprises convaincre ses clients de meubler entièrement leur maison dans le 'style Franck' (papier peint en soie, laque japonaise et nacre) ou d'acheter un certain nombre de meubles exclusifs, ce qui a donné lieu à une facture qui - selon Franck - a toujours été proportionnelle à la prestation livrée. L'anecdote suivante, enregistrée par Roger Avermaete, est, sinon historiquement, typique : "François Franck, après avoir entièrement rembourré une maison de maître nouvellement construite, a suggéré au propriétaire qu'on lui donne un autre coffre-fort. Ce à quoi M. W...., qui était très riche, aurait répondu avec un sourire : "Dès que vos factures auront été payées, je n'aurais plus besoin d'un coffre-fort"".
 
La maison de Franck sur l'Everdijstraat et la Korte Gasthuisstraat avait l'apparence d'un musée ; sculptures, peintures, vases, verre, porcelaine, meubles, tissus, tapis, chinoiseries, etc. étaient curieusement confrontés l'un à l'autre. En tant qu'intellectuel, Franck possédait également une riche bibliothèque.
 
La première trace de l'intérêt culturel de François Franck se trouve à l'Athénée d'Anvers, où son frère aîné Louis avait fondé le cercle 'Studie' (Etude); François était membre de ce cercle, à côté d'Emmanuel De Bom, L. Dens et plus tard Charles Mertens, Richard Baseleer, Lodewijk Mortelmans, Lode Baekelmans, Jan Van Overloop et d'autres ; ce cercle s'est d'abord rencontré dans le Stedelijke Kindertuin, sur l'Oudaan, puis dans l'atelier du peintre Niekerk dans la Gildekamersstraat, et plus tard dans la 'Koffiehuis' (Maison du Café) d'Anvers.
 
François FranckFrançois Franck a gagné l'amitié de nombreux artistes de différentes disciplines, et a progressivement mûri avec lui le projet de transformer l'ancienne chapelle de la maison du dieu Lantschot sur le Falconrui, qu'il louait au CPAS (Centre public d'action sociale), et qu'il utilisait comme entrepôt de meubles, en un petit temple de l'art. Avec E. De Bom, J. Van Overloop, ses frères Charles et Louis Franck, R. Baseleer, Ch. Mertens, W. Vaes et d'autres étaient ainsi à la base de l'association 'De Kapel', qui s'occupait principalement de l'organisation de conférences. François Franck est également à la base de la 'Société des Nouveaux Concerts' (1903-1936) qui, avec Lodewijk Mortelmans, a offert de merveilleux moments à la scène musicale anversoise.
En 1903, par l'intermédiaire d'Emma Lambotte, l'importante première rencontre entre James Ensor et François Franck a également eu lieu à Ostende. Au cours de la même année, Franck a déclaré qu'Ensor était le plus grand peintre depuis Rubens.
 
François Franck est resté l'un des plus importants mécènes de James Ensor jusqu'à sa mort en 1932.
Le printemps 1905 peut être considéré comme un moment important dans l'histoire de l'art et du mécénat anversois. Puis, sous l'impulsion de François Franck et avec le soutien de très riches citoyens anversois, l'association 'Art Contemporain' a été fondée.
 
Il a obtenu de ses riches amis Grisar, Kreglinger, Fester et Serigiers de rassembler 100 000 Bfr.
L'assemblée de fondation de cette nouvelle association a eu lieu le 1er mars 1905 au domicile de Louis Franck. Bien que François Franck ne soit qu'un membre de l'association, c'est surtout le sien qui en est le moteur. Il était le promoteur de l'ensemble du projet, même si des mauvaises langues affirmaient (en 1920) que 'Art Contemporain' avait ses origines dans 'la colonie allemande, stimulée et fertilisée par un grand fabricant de meubles anversois et vendeur de tableaux'.
 
François Franck a également joué un rôle important au Musée des Beaux-Arts d'Anvers. Avec sa grande influence sur ses amis fortunés, il les encourage non seulement à acheter des œuvres d'artistes contemporains, mais aussi à contribuer au fonds 'Les Amis de l'art moderne' (fondé en 1925). Ce fonds a permis au musée d'acquérir une collection considérable de peintures modernes. Il s'agit d'une contribution qui caractérise encore assez largement la collection actuelle de peinture moderne du musée.
 
L'importance des 'Amis de l'art moderne' consistait principalement dans le fait qu'ils ont su mettre un terme à l'idée une fois pour toutes que seules les œuvres d'artistes décédés étaient admissibles à la collection du musée. Par arrêté royal du 28 août 1921, Franck est nommé membre du conseil d'administration du Musée, où il représente le gouvernement. La même année, il a annoncé un don dans ce conseil d'administration, composé de huit tableaux d'Ensor (don des 'Amis du Musée', dont les frères Franck).
 
François Franck a également eu une influence sur la politique d'acquisition du Musée royal (et en fait sa politique générale), qu'il ne faut pas sous-estimer. De nombreuses œuvres du département d'art moderne - et certainement pas les moindres - n'auraient jamais été acquises ou données sans l'influence de François Franck. Sous le régime de Franck, par exemple, pas moins de neuf tableaux de Vogel ont trouvé leur chemin jusqu'au musée.
 
Oscar Jespers copyright LetterenhuisBronzen engel - Oscar Jespers - graf Anais FranckEn 1927, l'épouse de Franck, Anaïs (Anna) Franck décède.
Oscar Jespers a réalisé une sculpture, un ange en bronze, pour le tombeau familial sur le Schoonselhof. (Photo à gauche)
Pour commémorer la mort de son épouse, Franck a fait don au musée, la même année, du tableau 'La Tempête' de E. Laermans.
 
Lors de l'Exposition universelle d'Anvers en 1930, la contribution de François Franck fut tout aussi importante. Il a été l'un des initiateurs du pavillon 'Art Contemporain' - après tout, l'association a fêté son 25e anniversaire - et pas moins de douze expositions ont eu lieu dans ce pavillon. François Franck a également été l'un des promoteurs de 'Oud-België', le parc de loisirs de cette Expo.
 
Le 11 mai 1930, à l'occasion de l'anniversaire de 'Art Contemporain', Franck fit don d'une série remarquable d'œuvres d'art (16 merveilleux tableaux) au Musée Royal des Beaux-Arts. Son frère Charles Franck y a ajouté neuf autres œuvres de sa collection. Ce don s'accompagne d'une réception solennelle des frères Franck à la Mairie (3 janvier 1931) et de l'inauguration d'une salle Franck dans le musée (4 janvier 1937). En 1930-1931, Franck fit également en sorte que le musée d'Anvers ait en sa possession l'un des premiers moulages de 'Balzac', la célèbre statue d'Auguste Rodin.
 
François Franck'François Franck - by Mertens Charles' - KMSKA
 
Cependant, la riche vie du mécène connaît une fin abrupte et malheureuse (23 mars 1932). Lors d'une promenade avec ses petits-enfants dans les dunes, il a fait un faux pas sur le bord d'une dune et s'est retrouvé la tête sur les briques de la pente.
 
Les funérailles solennelles ont eu lieu le 26 mars 1932, sous une procession de masse. La dépouille de François Franck a été enterrée dans la cave funéraire, où sa femme se reposait déjà, dans le cimetière urbain du Schoonselhof.
 
Le Salon de 'Art Contemporain' en 1932 était entièrement dédié à la mort de Franck ; le but principal était de montrer des œuvres d'amis du mécénat. A.H. Cornette a considéré l'importance de Franck pour l'association.
 
Du 8 au 24 avril 1933, il y eut une autre exposition dans les quatre salles du bas-côté du musée à la mémoire de François Franck, qui comprenait toutes les œuvres qu'il avait données au musée. En 1934, la 'Fondation François Franck' a été créée pour garder vivant le souvenir du mécène décédé. Elle a également été responsable d'un certain nombre de dons importants au musée d'Anvers. La vente aux enchères de la Collection François Franck au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (8 et 9 décembre 1965) ne doit pas non plus être négligée. A cette époque, l'association anversoise 'Art Contemporain' avait depuis un certain temps disparue. La vente aux enchères a porté les prix des expressionnistes flamands à un niveau international, grâce à la qualité exceptionnelle des œuvres proposées, ce qui a confirmé une fois de plus la perspicacité de Franck et son importance pour la scène artistique anversoise (et flamande).
© 1981 - Bart Belmans
 
 
TOP

BIOGRAPHIE : CHARLES FRANCK

Charles Franck°11.05.1870 Antwerpen - †11.01.1935 Antwerpen
Charles Franck est le fondateur des 'Amis de l'art moderne' et collectionneur d'art moderne.
Il a été enterré au Schoonselhof à Anvers.
 
Antwerpen, Sanderusstraat 48. Une maison civile de style néo-traditionnel, d'après un projet de l'ingénieur-architecte Walter Van Kuyck de 1908. Le commissaire Charles Franck, époux d'Hélène Possemiers (1879-1964), était un beau-frère de Van Kuyck. Avec son frère cadet François Franck (Anvers, 1872-Ostende, 1932), associé de l'entreprise de meubles et de décoration Franck frères, Charles Franck se concentre sur la gestion quotidienne de l'entreprise, fondée par leur père Alexander Franck (1839-1905). Depuis 1894, situé dans la Korte Gasthuisstraat, Franck frères est devenu l'un des plus importants 'ensembliers' d'Anvers avant la première guerre mondiale et pendant l'entre-deux-guerres, avec 150 employés à son apogée. L'entreprise s'est concentrée sur les intérieurs luxueux et les meubles exclusifs en édition limitée destinés à la bourgeoisie riche. Comme ses frères François et l'avocat, homme politique libéral et gouverneur de la Banque Nationale de Louis Franck (Anvers, 1869 - Wijnegem, 1937), Charles Franck était collectionneur et promoteur de l'art moderne et mécène du Musée Royal des Beaux-Arts d'Anvers. En 1905, il fut l'un des fondateurs de l'association d'artistes 'Art Contemporain'.
 
La maison Charles Franck fait partie de l'œuvre de Walter Van Kuyck. En 1921 et 1929-1930, Van Kuyck construit un autre complexe résidentiel et commercial pour Charles et François Franck à l'angle des rues Lombardvest et Korte Gasthuisstraat.
 
Charles FranckD'une largeur de façade de deux travées, la maison en rangée comprend trois étages sous une selle souple (ardoises) et un toit plat. La façade moulurée a une maçonnerie de brique rouge en croix avec des ancrages ornementaux en fer forgé, l'utilisation de pierre naturelle blanche pour la façade, des lardons, des cadres de fenêtre, des blocs négatifs, un archivolt, des trous d'échafaudage, un collier, des pierres et des pièces supérieures, sur une plinthe de brique bleue profilée. Guidé par un cadre décoratif, le soulèvement en bois correspond à un mise en place axiale, couronné par une fenêtre de toit en deux parties avec un cadre en double croix, des feuilles en surplomb sur les corbeaux et ornaments en boule comme chefs-d'œuvre. L'accent est mis sur la superstructure, qui est successivement marquée par une fenêtre en baie en bois à trois côtés avec un toit en ardoise et une triple lumière circulaire arquée, contenue dans une économie pointue avec des harpes et archivolt profilé. Le portail et une triple-lumière à linteau tendu sur corbeaux percent la façade imprimée. Une corniche en bois brisée sur modillons forme la finition de la façade. La menuiserie en bois de la porte d'entrée avec ses ferrures ornamentales et les fenêtres avec de petites pierres dans la lumière du haut ont été conservées dans leur intégralité.
 
Le plan de l'étage correspond à la typologie d'un bel-étage, qui est probablement divisé sur toute sa largeur par la cage d'escalier centrale avec plafonnier. Les salles de service, comme la cuisine, prennent le rez-de-chaussée bas, les pièces pour l'acceuil le bel-étage et les salles privées les étages supérieurs.
 
 
 
TOP

BIOGRAPHIE : LOUIS FRANCK

Louis Franck°28.10.1869 Anvers - †31.12.1937 Wijnegem
Jeune homme de quatorze ans, qui réussit à trouver un éditeur pour ses œuvres littéraires? Il devait être très entreprenant, le jeune Louis Franck. En tout cas, en 1883, Jan Bouchery publia son étude 'Jan Van Beers' à Anvers, suivie de 'Pol de Mont' en 1884, à Verviers en français.
 
En 1886, Franck étudie le droit à l'université de Bruxelles. Il a établi un cercle d'étude auquel Emile Vandervelde, Adolphe Max et Jules Bordet se sont connectés. En 1890, il s'installe à Anvers comme avocat. Le jeune universitaire Franck démontre un vif intérêt pour la situation socio-économique et sociale générale actuelle et formule son point de vue à ce sujet dans 'L'évolution morale et la crise pessimiste' (1893) et 'Le minimum de salaire' (1894). Il écrit des chroniques dans 'L'Art Moderne', participe même à 'Van Nu en Straks' et prend part aux débats socialement critiques dans 'De Kapel'. Le fait qu'en 1903, il a contribué à la création de la 'Société des Nouveaux Concerts', issue de la 'De Kapel', est un prolongement logique de cette évolution. Il participe également à la fondation 'Art Contemporain', dont l'acte fondateur était censé avoir été rédigé à son domicile le 1er mars 1905.
 
Le fils Louis a hérité des affaires et de l'instinct artistique de son père. Il était à la tête de la banque Montaigne à Londres et a investi dans les toiles de Vincent Van Gogh, Picasso, Toulouse Lautrec et toute une série d'Ensors, dont "L'entrée du Christ à Bruxelles", exposée au musée d'Anvers jusque dans les années 1970. Par irritation, parce qu'Anvers n'était pas prêt à payer un prix acceptable pour son prêt, Louis Franck vendit le colossal Ensor au Getry Museum de Los Angeles pour près de 9 millions d'euros. Les mauvaises langues prétendent que Louis Franck ne s'est vu promettre qu'un titre de baron pour le chef-d'œuvre d'Ensor. Le reste de sa collection, y compris Van Gogh, a été transféré à la Fondation Gianadda dans la ville suisse de Martigny. En parlant d'une occasion manquée ! Louis a été nommé d'après son oncle Louis et est mort à l'âge de 80 ans à la fin des années 1980.
 
Sur un triple plan - homme politique, flamand et avocat - Franck gagnera en notoriété. Lorsqu'il est devenu un représentant libéral du peuple en 1906, après Jan Van Rijswijck, une ère a commencé où le droit de vote général, la journée de 8 heures, le salaire minimum certifié, la liberté syndicale et l'humiliation de l'Université de Gand ont dominé les débats politiques. La loi Franck-Segers de 1910 marque une étape importante vers l'humanisation complète de l'enseignement secondaire. En 1913, Van Cauwelaert, Franck et Huysmans forment un front multipartite pour l'humanisation de l'éducation dans son ensemble. Quand Huysmans crie: Nous sommes trois coqs qui chantent ! - une caractérisation qui devient un nom familier dans le mouvement flamand, il fait probablement allusion à l'emblème du titre d'Alvoorder, une feuille qui circule dans le milieu de 'de Kapel' depuis 1900.
 
Pendant la première guerre mondiale, Franck, comme Vermeylen, se manifeste comme un anti-activiste. Après la guerre, il a dirigé l'important ministère des Colonies (1918-1925). Il a fondé l'Université coloniale des sciences appliquées d'Anvers et est considéré comme une autorité dans le domaine du droit maritime international. Au parlement, il reste le plus important libéral flamand, mais sur le banc du gouvernement, il est moins assertif en tant que tel. De 1926 jusqu'à la veille de sa mort, Louis Franck occupe le poste de gouverneur de la Banque nationale.
 
 
TOP

BIOGRAPHIE : HENRI FESTER

Henri Fester°24.07.1849 Antwerpen - †18.09.1939 Antwerpen
Henri Fester est l'un des parrains les plus importants de 'Art Contemporain', aux côtés des frères Frans et Charles Franck, il était donc un important promoteur et mécène de la musique et des arts visuels, et un membre éminent de la colonie allemande à Anvers. Son père Jules Fester s'était installé de Francfort à Anvers en 1840.
Les riches habitants de la ville qui coopèrent effectivement à la création de 'Art Contemporain' comprennent également des propriétaires de sociétés commerciales et de compagnies maritimes, des banquiers et des assureurs. Tous amènent avec eux un certain nombre de membres de soutien de leur région.
 
Henri Fester est un homme d'affaires d'origine allemande. Il a étudié dans sa ville natale à Anvers et en Suisse. Après la mort de son père, il s'est retrouvé dans son entreprise. En 1874, il fonde avec Adolf Mund la compagnie d'assurance 'Mund & Fester', située sur la Groenplaats. Leurs fils, Ernest Mund et Robert Fester, plus tard également membres de 'Art Contemporain', rejoignent également la société. Les activités se développent à un tel point qu'en 1914, l'entreprise a déjà des succursales dans dix villes du monde : Londres, Liverpool, New York, Saint-Pétersbourg, Vienne, Hambourg, ...
 
Henri Fester a été co-fondateur de la "Société de Musique", où Peter Benoit a dirigé. Le 31 octobre 1903, avec le soutien de ses nombreux amis, il fonde la 'Société des Nouveaux Concerts', dont il reste président pendant plus de trente ans. Fester fait partie intégrante de la vie musicale anversoise : il est président du comité de surveillance du Conservatoire royal flamand, de l'association Bach et de l'association des artistes interprètes.
 
Le départ réussi de la 'Société des Nouveaux Concerts' (1903-1936) et de 'Art Contemporain' (1905-1955) est contagieux et donne lieu à une troisième initiative dans le domaine culturel: le 'Fonds deq Subventions permanents' pour la Bibliothèque municipale et pour le 'Museum Plantin-Moretus'. Il s'agit d'une initiative du bibliothécaire en chef F. Gittens (avec un budget inadéquat), du conservateur en chef Max Rooses et de W. von Mallinckrodt, le président du fonds, qui sera bientôt remplacé dans cette fonction par.... Henri Fester.
 
Chez 'Art Contemporain' Henri Fester est un membre actif depuis sa fondation en 1905 jusqu'à sa mort en 1939. Une facette non négligeable de 'Art Contemporain' est son souci constant d'enrichir les collections du Musée des Beaux-Arts. A cette fin, l'association des 'Amis de l'art moderne' a été créée en 1925 sur la base de 'l'Art du présent' et en suivant l'exemple de ce que la compagnie 'Artibus Patriae' (avec Henri Fester comme vice-président) joue pour l'art ancien. Ici aussi, Henri Fester prend la tête. Des dizaines de personnes trouveront désormais leur chemin jusqu'au musée par l'intermédiaire des 'Amis de l'art moderne'.
 
Henri Fester a sans aucun doute exercé une grande influence au sein de nombreuses institutions culturelles de la ville de l'Escaut. En raison de ses nombreuses et diverses fonctions administratives et de ses excellentes relations avec la bourgeoisie riche, il était un signe de connexion dans le monde de l'art, un pourvoyeur de fonds, un conseiller sage et un créateur de stabilité.
 

La colonie allemande d'Anvers au 19ème siècle - Château de Fester  (Le Kunsthumaniora)

 
Kasteel FesterAu milieu du XIXe siècle, il y avait une villa entre la Karel Oomsstraat et la Korte Lozanastraat. Ce quartier, autour de la 'Warande' (l'actuel Parc du Roi Albert), s'est transformé en un quartier résidentiel exclusif dans la seconde moitié du 19ème siècle, surtout quand, au tournant du siècle, certaines des familles anversoises les plus importantes s'y sont installées : Osterrieth, Kreglinger, Fuhrmann, Von der Becke…
 
BHenri Fester les a rejoints, qui a fait reconstruire le bâtiment existant en plusieurs phases entre 1892 et 1910 et l'a étendu à l'actuel château de Fester (style néo-flamand Renaissance).
 
Le château de Fester est l'une des réalisations les plus importantes de l'architecte Henri Thielens, qui a été actif à Anvers entre 1880 et 1914, principalement en tant que concepteur de maisons civiles classiques. Ses premières commandes pour Henri Fester furent en 1892 l'extension du manoir existant avec salon et orangerie à l'arrière, et en 1899 l'installation de la porte du jardin avec portails. L'intervention la plus importante a consisté en la reconstruction complète de la façade en 1900, accompagnée d'une rénovation majeure et d'un réaménagement de l'intérieur comme le nouveau couloir et la cage d'escalier.
 
En 1902, une annexe existante a été transformée en écuries et en dépôt, et en 1908, une petite annexe avec salles de bains a été ajoutée à l'une des façades latérales ou arrière. Le projet de 1910 pour le nouveau jardin d'hiver et le salon de musique, qui ont été construits contre la partie centrale de la façade arrière, peut être attribué à l'architecte Joseph Hertogs.
Ce magnifique rond-point en fer et en verre, reposant sur une colonnade ouverte, a été démoli en 1929. En 1911, Fester fit concevoir par Hertogs deux autres hôtels particuliers dans le Van Putlei, que l'on peut encore y admirer.
 
Supplément d'Alex Elaut :
Le château de Fester est une rénovation du château que Nicaise De Keyser a fait construire ici. Les clôtures le long de la rue sont encore en grande partie de J. Schadde de l'époque de De Keyser. A droite du château se dressait l'imposante villa de Mme van Eersel, mariée au peintre Karel Ooms.
 
Peu après son achèvement, le bâtiment fût détruit par les bombardements des armées allemandes (8-9 octobre 1914). La famille Fester l'a fait reconstruire.
 
Dans l'après-guerre, le bâtiment abritait la 'Rijksinternaat voor Schipperskinderen' ou 'Schippersschool' et, à partir de 1984, le 'Rijksinstituut voor Kunstsecundair Onderwijs', aujourd'hui le campus des arts visuels et audiovisuels, du théâtre et de la musique du 'Kunsthumaniora'.
 

 

Sources :
- In dienst van de kunst KMSKA 1991 - Antwerps mecenaat rond Kunst van Heden -
- De Zondag 'krant' - Meubelmaker met passie voor kunst - zondag 13 februari 2005
- Stijn Vanclooster, 'Het begin der historische opfrissing. De Kapel: artistieke beweging rond 1900'... AMVC, 2003
- Jo Braeken - Marc Browaeys © 1981
 
- © : http://www.wursten.be/antwerps/de-duitse-kolonie-van-antwerpen-19de-eeuw
- © : www.vub.ac.be - Vrije Universiteit Brussel 2006
- © : https://inventaris.onroerenderfgoed.be/erfgoedobjecten/6984 - afbeelding Kasteel Fester
- © : https://inventaris.onroerenderfgoed.be/erfgoedobjecten/7522
- © : https://duitsekolonie.procant.be/
- © : https://duitsekolonie.procant.be/de-duitse-kolonie-van-antwerpen-19de-eeuw-2/henri-fester-en-zijn-kasteel/
 
TOP

lfm logo