NL  -  FR  -  EN  -  DE

Lodewijk Mortelmans 1868-1952

 

Lodewijk MortelmansCompositeur belge et pédagogue musical

Le père de Lodewijk, Karel Mortelmans, était imprimeur mais aussi un mélomane et membre d'associations musicales. Son frère a îné Frans est devenu un peintre.
 
Le talent musical de Lodewijk est apparu lorsque, pour le bien de son frère, un piano fut introduit dans la maison, dont le futur compositeur ne pouvait être ignoré. à l' âge de 12 ans, il est devenu choriste à l'église de Predikheren et il a servi les percussions dans l'Opéra à Anvers.
 
Il a fréquenté l'école de musique flamande et a été formé par Jan Blockx (harmonie et instrumentation), Joseph Tilborghs (contrepoint et fugue), A. Cornette Sr. (Histoire littéraire) et le directeur Peter Benoit (composition et orchestration).
 
En 1887, son Lied, De Bloemen en de Sterren (Les fleurs et les étoiles), a été couronnée dans un tournoi néerlando-flamand à Roulers; en 1889, il obtint un second prix de Rome; en 1891, sa symphonie Germania est couronnée par l'Académie Royale de Belgique et en 1893 il re çoit le Premier Prix de Rome avec la cantate Lady Macbeth.
 
En plus de son éducation musicale, Mortelmans a montré un fort intér êt pour la littérature et les arts plastiques. Il se passionnait pour Homère et était un visiteur de musée régulier. La précipitation de cet intér êt se retrouve dans ses compositions: le choix du texte de plus en plus raffiné et l'interprétation du texte dans son art de la Lied; composer une symphonie homérique et l'inspiration picturale des anges dansants de Fra Angelico, l'un de ses meilleurs croquis pour piano.
 
Hamlin Pianos - Lodewijk MortelmansEn outre, il était un grand naturaliste: pendant des heures il a erré dans la Campine et Polders, où il se retirerait plus tard. Le naturalisme a également été une source d'inspiration importante pour Mortelmans, y compris dans des œvres orchestrales telles que 'Het wielewaalt et leeuwerkt' et dans de nombreuses Lieder, telles que 'Hoe schoon de morgendauw' ou 'Meidag'.
 
En 1899, un festival Mortelmans eut lieu à Anvers, où ses compositions symphoniques furent re çues avec enthousiasme. Dès lors, Mortelmans était considéré comme le leader de la scène musicale anversoise et, avec Gilson et De Boeck, comme un innovateur de la musique flamande.
 
En 1901, la carrière pédagogique de Mortelmans commence: il est nommé professeur de contrepoint et de fugue au Conservatoire royal de musique flamand, un poste qu'il occupe jusqu'en 1924, date à laquelle il est promu directeur de l'institution. De plus, il a enseigné à l'École de Musique Égilse Interdiocesane de Malines. Excellent pédagogue, Mortelmans a formé les plus importants compositeurs anversois pendant un quart de siècle et leur a enseigné, en plus de connaissances professionnelles approfondies, une profonde compréhension des possibilités esthétiques de la musique. Ses élèves comprennent: Edward Verheyden, Jef van Hoof, Jan Broeckx et Jef Durme.
 
à la fondation de la Société des nouveaux concerts, en 1903, Mortelmans a été chargé de la direction artistique. Il a présenté le public anversois les plus grands chefs d'orchestre et solistes de l'heure et a fait spécialement la musique romantique allemande de Schumann, Brahms, Strauss et Wagner commune à la vie musicale locale. En ce qui concerne la musique de son propre pays, son attention s'est principalement portée sur les performances de l' œuvre de Benoit.
 
Au cours de l'année de guerre 1917, il perdit sa femme, Gabrielle Mortelmans, et deux de ses enfants: Frederik (appelé Frits) et Guido. Des années plus tard, son art porte les marques de cette tragédie domestique, entre autres dans les Elégies pour orchestre à cordes.
 
En 1921, Mortelmans fait un voyage d'art à travers les états-Unis, où beaucoup de ses compositions (principalement des Lieder) ont été interprétées et publiées.
 
Après avoir pris sa retraite en tant que directeur en 1933, Mortelmans s’est retiré à Waasmunster. Dans la solitude rurale, il continua à composer (principalement du piano et des arrangements de chansons folkloriques) et à élaborer un manuel pour le contrepoint.
Mortelmans était membre de l'Académie royale flamande de Belgique.
 
 
Style
Les Lieder sont historiquement et esthétiquement la partie la plus importante de l' œuvre de Mortelmans, tandis que dans ce genre, le développement du style du compositeur peut être mieux suivi. Six périodes peuvent être distinguées dans la production de la Lied de Mortelmans:
 
1. Réalisme romantique (1887-1896)
Analyse textuelle composée ou strophique, lyrisme externe dans la mélodie, chromatisme expressif dans le cadre instrumental, p.e. 'Te Meie' (Vosmaer); 'Ouwemansklacht' (Van Meurs); 'Nog gister hield ik u omvangen' (De Mont); 'L’ennemi' (Baudelaire).
 
2. Lyrisme de l'humeur (1900-1902)
Triple ABA ou composé à travers; travail syndiqué extensif; synthèse de texte; le lyrisme intérieur de la mélodie; jeu d'accords flou dans le cadre instrumental, formant un lit sonore dans lequel repose la voix chantante: 'Wierook' (Gezelle); parfois effet polyphonique de la partie piano et pré-extensif, intermédiaire et reconstituant: 'De Vlaamse Tale' (Gezelle); harmonisation colorée avec de nombreuses modifications: '’t Pardoent' (Gezelle); selon la conception, ce sont des Lieder de mauvaise humeur avec une atmosphère r êveuse, indéfinissable: '’k Hoore tuitend hoornen'.
 
3. Première période éclectique (1903-1913)
Temps de transition où pénètrent le mouvement romantique du premier et le raffinement sonore de la seconde période: 'Doornroosje' (De Mont).
 
4. Période d'introspection (1913)
Le naturalisme et le lyrisme juvénile font place à l'autoréflexion avec un ton dramatique et un contenu religieux. Analyse de texte, avec emphase et répétition de mots expressifs; mélodie simple, parfois presque déclamée; harmonisation avec des applications pointues; simplification du vote (peu de décorations), structure liée avec répétition et variation des noyaux mélodiques; le cadre instrumental a une fonction expressive, parfois dramatique: 'Heere God' (Gezelle), 'Gaat van mij' (Gezelle), 'O mocht ik (Gezelle).
 
5. Deuxième période éclectique (1925-1934)
Alternativement, des Lieder appartenant au lyrisme d'humeur: 'Maagdeke Mei' (De Mont), au réalisme narratif: 'Poverjanneken' (De Mont) ou à la direction introspective: 'Schietgebedekens'.
 
6. Période d'équilibre entre l'expression et l'impression (1933-1952)
Synthèse de texte: mélodie limitée sur des tons simples; structure liée (habituellement strophique); cadre instrumental léger et transparent avec parfois des sons de couleurs, puis contrepoint simple: 'Hoe zoet is ‘t' (Gezelle); 'Moederken' (Gezelle); 'Blijde Mei' (Gezelle) et 'Perels' (Gezelle).
Les Lieder de Mortelmans sont parmi les produits les plus raffinés du genre, non seulement au niveau national mais aussi européen. En résumé, les principales mérites de cet art du Lied sont: l'unité psychologique complète du texte et de la musique; naturalisme raffiné ou expression dramatique; plan équilibré avec une imagination souple dans les détails; mélodie gracieuse et frappante; soit un cadre instrumental expressif ou pictural, qui forme une unité indestructible avec la voix chantante.
 
L'œuvre pour piano de Mortelmans a un caractère lunaire, avec une longue mélodie indépendante ('Hartsverheffing'), un caractère accompagnateur de l'harmonisation et de la voix et habituellement un ton intime ('Miniatures'). Ce ne sont pas des pièces de concert avec des intuitions virtuoses, mais des œuvres pour des musiciens domestiques. Les caractéristiques de l'art de la Lied, comme le naturalisme ('Het wielewaalt en leeuwerkt') ou l'introspection dramatique (Adagio religioso) peuvent y être trouvées. Aussi l'évolution du lyrisme romantique à l'art de l'humeur se produit dans l'œuvre pour piano.
 
Le travail orchestral de Mortelmans est moins original. Dans certaines œuvres, l'influence domine dans la structure et l'orchestration de Schumann et Brahms ('Symphonie homérique'). Dans d'autres œuvres, Mortelmans aborde une palette plus personnelle, plus légère et plus transparente, au seuil de l'impressionnisme ('Mythe der Lente').
 
L'opéra 'De Kinderen der Zee' (Les Enfants de la Mer) appartient scéniquement au réalisme romantique, tandis que la partition est redevable à Wagner, par le chromatisme, les séquences mélodiques et l'orchestration lourde et compacte.
 
Signification historique:
Mortelmans appara ît comme une figure de transition de la romance à l'impressionnisme. Romantiques sont les premières Lieder, la plupart de l’œuvre orchestral, l'opéra et les œuvres pour piano du début. Ce romantisme s'exprime dans des mélodies lyriques, une harmonisation chromatique, une orchestration compacte et un mouvement vers l'extérieur.
 
L'impressionnisme tend à m ûrir des Lieder, plus tard des œuvres pour piano et certains éléments dans certaines œuvres orchestrales. Impressionnistique, il y a l'humeur r êveuse, la portée et la tension mélodiques limitées, l'instrumentation floue, l'harmonisation parfois coloriste, parfois diffuse et le ton de la compassion intérieure.
 
Dans le cadre de la musique flamande, et en particulier en raison de son art de la Lied Lodewijk Mortelmans, après l'art communautaire par Peter Benoit et après le réalisme civil de Jan Blockx, a marqué le début de l'ère de l'émotion individualiste, l'art esthétisante, la musique technique raffinement et l'analyse de sentiment.
à cet égard, sa signification culturelle et historique peut être comparée à celle des 'Van Nu et Straksers' pour la littérature.
 
Source: Algemene Muziek Encyclopedie
 
TOP
LFM