nederlands
français
english
deutsch

Lodewijk Mortelmans 1868-1952

--------------------------------------------------------------------------

* Mardi 23 JUIN 2015

Logo Sinfini MusicMUSIQUE ET LE TOUR DE FRANCE
A la ligne d'arrivée à Paris se trouve beaucoup de l'histoire de la musique, mais que se trouve sur le parcours du Tour de France?
Un petit 'Tour' le long des endroits de passage de la caravanne du Tour, et voyons quels compositeurs y ont accordé leur nom.

Extrait :

La troisième étape commance à Anvers, autant une ville musicale avec nombreux compositeurs, malgré que pour certains leur nom ne dira rien, comme : Jan Blockx (1851-1912), Louis Marischal (1928-1999), Marcel Mattheessens (1936) et Carl Verbraeken (1950) par example.
Ce dernier a composé des titres qui s'accordent parfaitement au Tour, comme ‘Frustration’, ‘Joie interne’, ‘Félicitations’ et – lors des chutes inévitables – ‘Je porte tes blessures’.

Lodewijk MortelmansPlus connu est le compositeur anversois Lodewijk Mortelmans (1868-1952), plus connu comme ‘Le Brahms flamand’.
Mortelmans était pour la vie musicale d'Anvers, ce que Willem Mengelberg signifiait pour celle d'Amsterdam. Il invitait des compositeurs comme Mahler, Strauss et Rachmaninov vers sa ville pour y diriger leurs œuvres et se trouvait sur le pupitre à côté de grand solistes comme Pablo Casals et Pablo de Sarasate.
Il mit Anvers musicalement parlant sur la carte. Qu'il aimait la compétition apparait dans le fait qu'il fût l'un des fondateurs du Concours Ysaÿe, qui devint plus tard le Concours Reine Elisabeth.
La troisième étape se termine sur le fameux Mur de Huy, un village ou Lambert Chaumont (1630-1712) compositeur, y vivait comme prêtre ses quarante dernières années. C'est là, dans les Ardennes qu'il écrivait sa belle musique pour orgue. Les Musicologues d'aujourd'hui, s'étonnent encore de son niveau élevé.

website: www.sinfinimusic.com

-------------------------------------------------------------------

* Klassiek Centraal - recension 24.12.2012

Logo Klassiek CentraalLodewijk Mortelmans - Peter Vanhove, Yuriy Mynenko

 
 

CD Peter Vanhove - When the soul listensLorsque vous entendez le nom de Lodewijk Mortelmans à la radio, il s'agit dans 95% des cas de
‘Het Wielewaalt en het Leeuwerkt’, comme si cet homme n'a composé que cette pièce pour piano.

 
 

Nomination Gouden Label : PDFAls de ziele luistert en néerlandais

-------------------------------------------------------------------

* Vendredi 28 NOVEMBRE 2014 - "Le Top 100 de Tous les Temps"

Klara Top 100 (Klara, 22 et 23 novembre)
Trad.
...Hitparades sont plaisant, ni plus ni moins. De ce top cent ont déduit que les écouteurs de Klare aiment surtout la musique classique sérieuse.
...Seulement trois belges sont retenu dans la liste: Lodewijk Mortelmans, Peter Benoit et August De Boeck.

website : community.dewereldmorgen.be/blog

-------------------------------------------------------------------

* Lundi 1 OCTOBRE 2012 - "Ons Erfdeel" 2012, nr 4

Lodewijk Mortelmans herdacht (H. Heughebaert) Ons Erfdeel - 1968, nr 4, pp. 156-157

-------------------------------------------------------------------

* Extrait de "Flanders Today" - septembre 2010

Flanders Today, a free weekly English-language newspaper, is an initiative of the Flemish Region.
 
Flanders Today Sept.2010
 
Flanders Today 2010

 

 

 
 

Cliquez sur l'image pour texte en anglais
 
 
 

-------------------------------------------------------------------

* Extrait de www.opusklassiek.nl - NOVEMBRE 2009

CD-recension : Mortelmans: Homerische symfonie – Morgenstemming – Mythe der lente
Koninklijke Vlaamse Filharmonie conduit par Martyn Brabbins
Hyperion CDA67766 · 67' ·

..Ceci est le premier Cd du ‘Royal Flemish Philharmonic’ sur le label Hyperion.
Conducteur Martyn Brabbins et l'orchestre – deFilharmonie – se connaissent depuis bien longtemps.
Pour ce disque, beaucoup d'efforts y ont été apporté, et le résultat est magnifique.

www.opusklassiek.nl

© Siebe Riedstra, november 2009

-------------------------------------------------------------------

* Extrait de "The Ottawa Citizen", May 9, 2007 - Canada

Dorian Prince 2007Texte original:

Dorian Prince, European Commission's ambassador to Canada
Dorian Prince and Margaret Lysak will perform a free concert May 11 2007 at 8 p.m. at First Baptist Church, 140 Laurier Ave, sponsored by the Ottawa Chamber Music Society

There are some surprises, however :
In the second half, on piano, he will accompany the soprano Margaret Lysak in Belgian composer Lodewijk Mortelmans - Het wielewaalt en leeuwerkt, a song that mimics the sound of two birds playing on the beach at Antwerp.

Prince believes that Mortelmans, who taught and influenced the French impressionist composers Debussy and Ravel, is sadly unappreciated today.

"You know, 30 years ago I met his granddaughter, and she gave me his complete piano works, and I fell in love with them. Mortelmans was a great original, and was a real link between Wagner and the impressionists."

"And this lovely, charming little piece we're playing is not as famous as it ought to be."

© (c) CanWest MediaWorks Publications Inc.

-------------------------------------------------------------------

* De "Sommets De La Musique" - C. Howeler

Conclusion :

Mortelmans est une des plus importantes figures de la musique flamande. Plutôt classique que romantique de tempérament, il est un homme pour qui l'esthétique est le plus important. Alors que le romantisme était son point de départ, Mortelmans ne s'est laisser emporter, mais dirigeait sa musique avec beaucoup de volonté vers plus de clarté et d'élégance. Même les pièces qu'il écrivait dans un style de continuité, ont reçu une structure solide, et ne retombent jamais dans l'irréalité du chromatisme anarchique.

Son oeuvre est inspiré par un grand lyrisme, tempéré par son esprit fort et logique. C'est en fait son caractère, tendant vers une sérénité contemplative, la transformation des grandes passions de l'esprit au repos et éclairé.

L'ambiance lyrique et intime est ce qui se ressort dans son oeuvre, et ce qui lui donne sa place dans l'histoire de la musique flamande. Lui uniquement pouvait parler avec la même simplicité désarmente que Gezelle, à propos des secrets de l'esprit, lorsqu'ils veulent s'écouter et chanter en silence.

--------------------------------------------------------------------------

* "Vlaamse Meesterwerken" (Chef-d'Oeuvres Flamandes) - (septembre 2004)

Un extrait de l'article par Gerard Van Der Leeuw,

Extrait de 'Actiekrant artEZ nr 161' du Conservatoire de Zwolle au Pays-Bas.

Traduction :
Honnêtement parlant, déjà entendu parler de Lodewijk Mortelmans?
Si déjà vous avez entendu parler de lui c'est indiscutablement comme compositeur de chansons. Mais ses poèmes symphoniques, son opéra 'Kinderen der zee' (Enfants de la mer), jamais entendu?
Eh bien, je vous dis, vous avez manqué quelque chose

Heureusement une société flamande qui ne se laisse aveugler par l'illusion du jour, qui continue tranquillement de lancer de magnifiques enrégistrements d'oeuvres quasiment inconnus de pièces à tort peu ou pas joué....il s'agit de Phaedra donc, et de leur série intitulé "In Flanders fields".

J'écoutait leur album Nº33 de cette série, oeuvres de Lodewijk Mortelmans pour orchestre.
Et j'écoutait avec toujours plus d'admiration, oui même avec une totale stupéfaction.
J'entendit une muqique magnifique, inspiré, brillamment orchestré avec un profondeur et un enthousiasme envoûtant, comme on entend que rarement dans nos pays calmes.

Ne fût-ce que 'de Dageraad en Zonsopgang' de son opéra "De kinderen der zee", le top absolut !!

Pourquoi au nom de nos muses cette musique est-elle tellement inconnue?...

--------------------------------------------------------------------------

* De "Perspective de la musique Flamande" - Floris Van Der Mueren (1961)

Traduction :
Mortelmans avait une âme contemplative qui fût naturellement dirigée pour ses lieder par les textes de Gezelle, dont il parvint à distiller l’essence poétique mélodieuse, qui ne pâlit pas près des plus beaux chefs-d’oeuvres que la littérature mondiale nous a amenés.  Ses compositions pour piano sont de la littérature poétique pour pianiste…

Son In Memoriam surtout, avec son motif répétitif de deuil triste, dénué de tout pathos et rythmé par le pas d’une marche funèbre, est une oeuvre contemplative qui atteint les sommets de l’expressivité. Elle n’a pas connu son pareil, ni chez Bach, Beethoven ou Wagner…

--------------------------------------------------------------------------

* De "Het algemeen Handelsblad"

Traduction :
...Et je ne connais pas des chants, qui à travers la musique et la parole sonnent aussi intense et harmonieux qu'à travers les chants de Mortelmans, qui appartiennent à ce qui a de mieux ici en Flandres,...

--------------------------------------------------------------------------

* De "De Nieuwe Gazet"

Traduction :
C'est un trésor de lieder, trop peu connu, toutes de vraies perles, et composé par Lodewijk Mortelmans ...

--------------------------------------------------------------------------

* De "Het Nederlandsch Toneel"

Traduction :
... Il fait des lieder comme Beethoven, Schubert, Grieg et d'autres le comprirent... ...elles se rapprochent toutes de l'idéal de Wagner; Poème et musique se complètent et se renforcent...

--------------------------------------------------------------------------

* De "Kunst voor het volk" (l'Art pour le Peuple)

Traduction :
Mortelmans est un compositeur, sa muse ne chante des sujets banals, il n'est pas oppressé dans ce carcan étroit de chaque jour. La nature, libre et ouverte, avec sa richesse infinie de couleurs, où il aimait tellement vivre l'a rendu peintre: l'infinie qui l'entoure, où il se libère l'esprit, a emporté son esprit poétique vers plus haut...

--------------------------------------------------------------------------

* Extraits d'une lettre de Guillaume Lekeu adressée en février 1892 à Lodewijk Mortelmans

Enfin je puis vous écrire et vous remercier du fond du coeur pour le cadeau, si pleinement artistique, que vous m'avez adressé.

Je trouve vos mélodies admirables de pureté, de simplicité d'expression et surtout d'un accent sincère bien rare aujourd'hui. Toutes cinq sont très intéressantes... mais il y a surtout 2 chefs-d'oeuvre (le mot n'est pas trop fort, car ces deux lieder sont parfaits de forme et de sentiment), je veux parler des Twee Betuwsche Liederen. Il m'est impossible de préférer l'un à l'autre, car dans cette musique il n'y a vraiment pas une note de trop... L'alternance des modes majeur et mineur est étonnante d'effet expressif et, à chaque note, c'est une trouvaille harmonique, malgré la simplicité apparente de l'écriture…

Il n'est pas étonnant que votre lied des Fleurs et des Etoiles ait eu le 1er Prix à Rousselare, c'est que le jury y a été absolument équitable - car il n'y a pas de musicien en Belgique capable d'écrire 3 pages aussi pures de sentiment et aussi étincelantes de forme musicale - c’est d'une aisance de réalisation vraiment surprenante et, en outre, c'est admirablement construit.

--------------------------------------------------------------------------

* De la série "Meesters der Toonkunst" (Maîtres de musique)

partie 5: August De Boeck par M. Pols de 1965-1966

Traduction :
...Mais l'élève le plus brillant de Benoit est indiscutablement Lodewijk Mortelmans, un nom qui en son temps avait bon nom dans la musique flamande, non seulement par ses nombreuses symphonies et de l'opéra 'Kinderen der Zee' (retravaillé en comédie par le compositeur lui-même), mais plus particulièrement par ses lieder subtiles et intimes d'après des poèmes de Guido Gezelle, Hugo Verriest et Pol de Mont. Dans sa génération Mortelmans représentait la grandeur du style. Tout ce qu'il nous a laissé porte son empreinte d'une personalité sérieuse et de son aspiration vers l'intégrité de l'esthétique...

--------------------------------------------------------------------------

* Lettre de Charles Van den Borren, datée 27 fevrier 1938

(journaliste de plusieurs journaux)
 
Traduction :
Je regrette infiniment de ne pas pouvoir assister à la fête organisée pour le plus sensible parmi les compositeurs Flamands. Je le considère comme un vrai Schumann moderne et l'interprète le plus subtil du génie de Guido Gezelle.

lfm logo