NL  -  FR  -  EN  -  DE

Lodewijk Mortelmans 1868-1952

 

Explication de cette Lied

En anglais publié comme: 'Like a Singing Bird'

 

- Het Wielewaalt en leeuwerkt
- Le Loriot et l'Alouette

- The Oriole and the Lark
- Es pirolt und es lerchet

 
Un petit mot d'explication sur ses oiseaux:
Le titre flamand parle du loriot et l'alouette, oiseaux que Lodewijk Mortelmans a innombrablement entendu chanter durant ses nombreuses promenades, aussi bien dans les alentours de la Kalmthoutse Heide et de Huibergen, et autrement dans la Waasland et les environs de Waasmunster. Ce sont la conduite et le chant de ses oiseaux, qui l'ont inspiré et mené à composer ce chef d'oeuvre pour piano.
Le titre anglais "Like a singing bird" ou le titre français "Les oiseaux qui chantent" se réfère au chant d'un oiseau', sans préciser duquel il s'agit.
Néanmoins, pour bien comprendre cet oeuvre et de pouvoir la juger à sa juste valeur, il est d'une importance essentielle de savoir envers quels oiseaux Lodewijk Mortelmans se réfère.
 
* En ce qui concerne l'Alouette, il s'agit au fait de deux oiseaux différents: l'alouette des champs et l'alouette lulu. Leur plumages est brunâtre, peu remarquable.
 
Oriolus oriolus 
 
 
 
 
 
 
* Le Loriot (Oriolus oriolus)
est un oiseau fascinant. Son plumage est l'un des plus beaux des oiseaux qui couvent en Flandre: ailes noires, queue noire avec points jaunes, le corps jaune clair et un bec rouge. N'empêche c'est un oiseau difficile à appréhender vu les endroits où il se retient, comme le feuillage fort des cimes d'arbres dans le parc, jardins, drèves et bords de forêts. Puis il y a son chant. Ce n'est pas une longue phrase comme celui de l'alouette, du rouge-gorge, ou de l'oiseau moqueur. C'est plutôt court, fort, sifflement sonore qui sonne comme "wiela - wieo" avec quelques variations. Le son de sa voix est comparable à celui d'un hautbois.
 
Alauda arvensis 
 
 
 
 
 
 
 
* L'Alouette des champs (Alauda arvensis)
vole lentement à pic vers le haut jusqu'à ce qu'on aperçoit à peine encore un petit point, y reste longtemps et redescend en vogue de retour sur le sol. Entre temps il chante sans arrêt un chant clair, jubilâtre et vibrant qui sonne quelque peu comme un continu "tirlie" répété.
 
Lullula arborea 
 
 
 
 
 
 
 
* L'Alouette lulu (Lullula arborea)
vogue en vol nuptial dans de grandes spirales vers le haut, y reste aussi longtemps, en redescend avec les ailes fermés. Son chant est moins longtemps retenu que celui de l'alouette des champs mais plus mélodieu et mélangé, avec un lu-lu-lu-lu ruisselant et vibrant (nom latin "Lullula").

 

lfm logo